ho-sha shiatsu Genève

Delphine Luchetta

Praticienne shiatsu agréée ASCA, RME, FSS

Contact

Tél. : 076 382 05 95
Fax : 022 738 60 60

Méthodes

Shiatsu & Moxibustion
Médecine traditionnelle japonaise

Heures d'ouverture

Le vendredi de
7h30 à 21h00

Équipement technique

Futon, tatami, coussins ergonomiques, couvertures, cabinet privé, toilette patients, douche patients, vestiaire, salle d'attente.

Activités

Possibilité de visite à domicile, traitement individuel, prévention.

Langues

Allemand, français, anglais, espagnol.

Transport public

Trams : Lignes 14 - arrêt Lyon
Bus : Ligne 3, 6, 9, 19 - arrêt Lyon

Adresse

Académie des Arts Thérapeutiques
rue de la Servette 23
1201 Genève

Shiatsu

Définition

Le shiatsu (en japonais: «pression du doigt») désigne une forme de massage qui repose sur les mêmes principes philosophiques que l’acupuncture et l’acupressure.

Origine

Le shiatsu est une technique de massage japonaise qui trouve son origine dans la médecine naturelle chinoise. Dans le Japon du Xe siècle, où la médecine traditionnelle chinoise commence à émerger, cette méthode voit le jour en faisant la synthèse entre une forme de massage vibratoire effectuée avec les paumes et complétée par la manipulation de certains points spécifiques (anma) et le tao-yin, une technique respiratoire spéciale.

Le concept de «shiatsu» apparaît au début du XXe siècle, lorsque les thérapeutes japonais redécouvrent les vertus de l’ancienne technique de massage anma. En 1940, Tokujiro Namikoshi (1905-2000) fonde la première école de shiatsu au Japon. Depuis 1954, le shiatsu est officiellement reconnu par les autorités du pays en tant que méthode diagnostique et thérapeutique. Aux États-Unis et en Europe, c’est dans les années 1970 que le shiatsu gagne en notoriété, grâce à Shizuto Masunaga (1925-1981), un disciple de Tokujiro Namikoshi. Aujourd’hui, les principaux représentants de cette école vivent en dehors du Japon et les évolutions les plus récentes du shiatsu viennent principalement des pays occidentaux.

Principes

Le shiatsu repose sur les mêmes théories et principes que la médecine traditionnelle chinoise. L’un des principaux postulats est que le corps de tout être humain est traversé par une force ou une énergie vitale (le Qi en Chine ou Ki au Japon), qui circule dans l’organisme à travers des canaux bien définis (les méridiens). Les méridiens acheminent l’énergie vitale dans l’ensemble du corps, établissant ainsi une circulation énergétique qui connecte les organes et les systèmes organiques à des unités fonctionnelles. Le bien-être d’un individu est conditionné au caractère harmonieux du flux énergétique et à sa répartition homogène dans le corps. Des douleurs et des maladies apparaissent lorsque la circulation régulière des flux d’énergie vitale circulant dans le corps est perturbée ou interrompue.

Le shiatsu permet de déterminer si une région donnée du corps souffre d’un déficit («kyo») ou au contraire d’un excédent énergétique («jitsu»). Le traitement a pour objectif de lever les blocages qui empêchent l’énergie de circuler et d’harmoniser les méridiens dans leur globalité, mais aussi d’activer les forces auto-curatives de l’organisme. En revanche, contrairement à la médecine traditionnelle chinoise, le shiatsu ne met pas en avant les points reliés aux lignes d’énergie, mais se concentre plutôt sur les principaux méridiens, qui sont considérés comme un tout.